Patron visionnaire, Antoine Riboud a fait de BSN et ensuite, son fils Franck, de Danone une entreprise profondément singulière, creuset de multiples réflexions ou réformes sociales.
C’est à Marseille en 1972 qu’Antoine Riboud, à la stupéfaction du patronat de l’époque, prononce un discours quasi révolutionnaire qui tente de réconcilier dans un même projet les contraintes économiques et financières d’une entreprise et sa responsabilité vis-à-vis des salariés et de la collectivité. Pour passer du discours aux actes, Antoine Riboud fixe trois priorités :
– L’amélioration des conditions de vie au travail dans les usines.
– De nouvelles organisations du travail.
– La mise en place d’une planification sociale dans les sociétés du groupe BSN.
Il décide aussi la création d’un laboratoire d’innovations sociales. En 1974, après l’affaire Lip que la France entière a suivi avec émotion et passion, les rendez-vous d’Assas sont créés. Ce club d’échanges entre les patrons et la CFDT a contribué à transformer le dialogue social.
En 1985, BSN est la première entreprise française à signer des accords cadre à portée internationale.
En 1987, Jacques Chirac s’inspire du rapport Modernisation Mode d emploi…
En 2006, Danone signe avec Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix, une entreprise de social business…
En 2015, est signé l’accord Livelihoods pour l’agriculture familiale avec l’entreprise Mars pour aider l’agriculture durable en Afrique, Asie, Amérique latine.
Jérôme Tubiana nous plonge dans cette histoire riche et mouvementée où les frottements, les conflits et les tensions ont souvent fini par déboucher sur de profondes métamorphoses.

Préface de Franck Riboud

Translate >>