Les Européens comme un cerveau

Alors que l’actualité politique et médiatique européenne nous informe tous les jours sur les risques d’un éclatement du projet Européen, une autre approche de l’Europe émerge et se renforce sur laquelle trop peu d’observateurs portent leur regard. Il s’agit d’une Europe non-administrative, une Europe des réseaux sur des projets concrets semblent chercher sa voie.

À la suite de la présentation à Delphes du livre Éloge de la métamorphose, Raymond Van Ermen a axé la conférence européenne de Milan de mai 2018 sur le développement durable sur le thème « les Européens-comme-un-cerveau », paraphrasant la formule d’Alain de Vulpian la « société-comme-un-cerveau ».

Il faut que les Européens s’organisent comme-un-cerveau et des projets concrets sont déjà à l’œuvre. L’accord final stipule : « Le 31 mai 2018, à Milan, nous avons lancé une opération européenne comme-un- cerveau afin que les réseaux, les partenariats, les initiatives contribuant à l’accord sur le climat fonctionnent ensemble pour répondre à la nécessité de faire un bond en avant notamment vers un “nouveau contrat social“ ». L’initiative les Européens-comme-un- cerveau commencera comme un écosystème européen d’organisations et de processus axés sur les cinq priorités.

Une première liste de partenaires de cet « écosystème européen comme-un-cerveau » a été esquissée.

La déclaration de Montréal en faveur d’une intelligence artificielle responsable

C’est le premier fruit d’une démarche très intéressante avec des délibérations citoyennes et une co-construction avec différentes parties-prenantes :
la déclaration de Montréal pour le développement responsable de l’IA.

Les points clés du bilan des consultations citoyennes s’articulent autour de sept thèmes, chacun avec ses questions indicatives et un principe recommandé dans la version préliminaire de la déclaration.

Les principes proposés :

  • Bien-être : Le développement de l’IA devrait ultimement viser le bien-être.
  • Autonomie : Le développement de l’IA devrait favoriser l’autonomie de tous les êtres humains et contrôler, de manière responsable, celle des systèmes informatiques.
  • Justice : Le développement de l’IA devrait viser à éliminer les discriminations, notamment celles liées au genre, à l’âge, aux capacités mentales et physiques, à l’orientation sexuelle, aux origines ethniques et sociales et aux croyances religieuses.
  • Vie Privée : Le développement de l’IA devrait permettre aux personnes qui l’utilisent d’accéder à leurs données personnelles ainsi qu’aux types d’informations que mobilise un algorithme.
  • Connaissance : Le développement de l’IA devrait promouvoir la pensée critique et nous prémunir contre la propagande et la manipulation.
  • Démocratie : Le développement de l’IA devrait favoriser la participation éclairée à la vie publique, la coopération et le débat démocratique.
  • Responsabilité : Les différents acteurs du développement de l’IA devraient assumer leur responsabilité en œuvrant contre les risques de ces innovations technologiques.

 

 

Translate >>